Enseignement trilingue sur Hendaye

En mars 2018, j’ai saisi le Président du Conseil Régional de la difficulté particulière que nous rencontrons sur Hendaye au niveau de l’enseignement secondaire. J’avais procédé de même lors d’une rencontre avec le Président du Conseil Départemental.

Très clairement, l’offre éducative en secondaire, à Hendaye, n’est pas adaptée à la problématique linguistique particulière à laquelle doivent faire face les enseignants. Cela entraîne deux conséquences :

La première, c’est la difficulté d’acquisition des savoirs,

Et la seconde, qui découle de la première, c’est un moindre accès des enfants d’Hendaye à l’enseignement secondaire et supérieur, alors même que les statistiques de l’INSEE nous montrent que leurs parents disposent d’un niveau de formation en général supérieur à la moyenne nationale.

Afin de répondre à cette problématique particulière, j’ai suggéré que puisse être portée tant par l’Education Nationale que par les responsables du Département et la Région, en y associant les parents d’élèves, l’idée d’une offre de formation rentrant dans le champ d’une spécificité particulière qui pourrait être reconnue pour une offre de formation originale.

En juin 2019, puis en janvier 2020, nous avions pu, avec l’Inspectrice de l’Education Nationale, poser les bases d’une démarche concertée afin de faire avancer ce projet.

J’ai rencontré le 13 février dernier le Vice-Président du Conseil Régional en charge de l’éducation et des Lycées, l’ancien recteur Jean-Louis NEMBRINI afin de convenir d’une méthode qui recueille l’assentiment de tous.

Celui-ci vient de formaliser par courrier un premier engagement avec l’organisation dans le premier semestre 2020, d’une Conférence Territoriale de l’Orientation spécifique à Hendaye. Cette conférence, pour reprendre les termes du courrier, « permettra de déterminer les attentes du territoire à court et moyen termes afin d’orienter les initiatives publiques« .

Nous avons convenu lors de notre rencontre du 13 février, que nous pouvions construire ce projet par étapes, avec la nécessité d’identifier précisément par un diagnostic du territoire, les forces et les faiblesses de l’offre de formation existante. Il va de soi que la problématique transfrontalière sera prise en compte dans l’évolution de ce projet, l’objectif étant de faire évoluer progressivement l’actuel lycée professionnel, en accord avec la communauté éducative, et d’obtenir à moyen terme une offre de formation trilingue originale dans le champ de l’enseignement général.

Je tenais à vous donner ces informations dès lors que ce dossier est dans le débat public.